Les constats

Une grande partie des artistes et créatifs de notre région – comme malheureusement ailleurs – ont des revenus incertains, irréguliers et aléatoires… quand ils en ont.

Dans sa recherche de lieu de création, de production,  de répétition, de diffusion, … le créateur est souvent confronté aux logiques marchandes et spéculatives ayant cours sur le marché immobilier, dont les coûts augmentent.

Cette situation, qui rend difficilement accessible des infrastructures même modestes mais souvent indispensables,  se traduit souvent par un isolement contre-productif à l’émancipation économique des créateurs et créatrices.

Cette situation se combine avec la baisse des budgets artistiques,  le peu d’investissement des pouvoirs publics dans les structures destinées à la création et le manque de prise en considération ou même d’analyses de l’impact réel des métiers artistiques sur la société.

Ces constats incitent à ce que le milieu créatif se dote des  infrastructures immobilières indispensables aux processus de création, qui renforceront l’autonomie des créateurs et créatrices, leur accès à l’indépendance financière, le développement de leur art et son expression au bénéfice de la collectivité.

>> Rapport ICC ULB IWEPS 20141208 <<